vacances

Et si le bonheur n’était pas un luxe …

Première partie : Préserver sa personnalité

Nous sommes des êtres vivants dotés d’une âme (la petite voix à l’intérieur, que nous n’écoutons pas toujours ou que nous entendons mais que nous préférons ignorer si ça vient froisser nos principes, nous faire peur, etc).

Notre âme nous donne des ressentis sur ce que nous aimons ou pas, ce qui devrait nous guider pour faire nos choix. Je sais ce que vous allez me dire « oui mais ce n’est pas si simple .. » c’est simple mais pas toujours facile à mettre en pratique, c’est vrai. Cela nous met en face de principes que nous avons eu via notre éducation ou encore via le monde qui nous entoure.

Lorsque nous sommes enfants, nous avons cette capacité à être spontané, à être au présent et nous ne voulons faire que les choses qui nous font envie en permanence, pourquoi ? parce que cela nous fait plaisir et que c’est amusant !

Cependant nous sommes confrontés à l’éducation qui nous apprend que nous ne pouvons pas toujours nous amuser, que nous devons être sérieux, travailler et que l’on ne peut pas faire tout ce que nous voulons.

Ensuite nous sommes influencés par l’éducation, la société, les croyances que pour être heureux nous devons faire des études pour avoir un métier qui apporte une certaine sécurité, se marier, acheter une maison, faire des enfants etc.. ce qui nous conditionne ou nous cantonne dans des choix qui nous semblent obligatoires pour respecter les normes, les souhaits de notre famille, ou pour tout autre raison (principes, peur, obligation..).

Un exemple

Le Docteur Bach évoque dans son livre (« Les écrits originaux ») l’exemple d’un enfant qui dessine une maison pour l’anniversaire de sa mère. Dans sa tête, la maison est déjà dessinée, il en connait déjà tous les détails, il ne reste plus qu’à la dessiner. Lorsqu’il l’a dessine, tout y est comme il l’a pensée et même si cette maison peut paraitre abstraite, il y a mis tout son cœur pour qu’elle soit comme il l’a décidé, à sa façon, il en est très content et va l’offrir de bon cœur à sa mère.

Si nous prenons une autre version de l’histoire où alors que l’enfant est en train de dessiner la maison qu’il a imaginé, une personne vient lui suggérer des modifications : pourquoi ne pas ajouter une fenêtre là, et une porte aussi ? et le chemin qui mène au jardin devrait passer par là..

Il va en résulter que l’enfant va perdre tout intérêt pour son œuvre, il se peut qu’il continue mais il va maintenant dessiner ce qui lui a été suggéré. Il se peut qu’il soit mécontent, en colère, ou avoir peur de refuser ces suggestions, commencer à détester son dessin ou qu’il veuille même le déchirer ; en fonction de sa personnalité.

Le dessin final sera peut-être une maison reconnaissable mais elle sera l’interprétation des pensées de quelqu’un d’autre, et non plus fidèle à l’image que l’enfant avait en tête et il ne sera pas prêt à temps pour l’anniversaire de sa mère, ce qui peut générer colère, frustration, désintérêt, tristesse, sources de mal être.

Nos propres envies ne doivent jamais être confondues avec celles des autres qui ont souvent beaucoup d’influence sur nous. Nous ne devons jamais accorder d’importance à ce que les autres pensent de nos propres actions, nous sommes le seul maitre à bord pour savoir ce qui est bon pour nous. L’erreur que nous faisons souvent est de pas écouter ou « entendre » ce dont nous avons vraiment envie.

Tout au long de notre vie, nous avons des choix à faire en fonction des situations que nous vivons, des rencontres que nous faisons. Si nous ne sommes pas en accord avec nous-mêmes (notre âme), des petits déséquilibrent apparaissent : des douleurs, des problèmes physiques, des insomnies etc et si nous n’y prêtons pas attention, persuadés de bien agir, nous continuons dans le même sens jusqu’au jour où les problèmes deviennent de plus en plus importants et que nous ne pouvons même plus faire ce qui nous fait plaisir.

En effet, les maux physiques nous indiquent que nous ne sommes pas en accord avec nous-même et que nous ne sommes pas sur la bonne route.

Qu’est ce qui nous empêche d’être nous-même?

Nous savons au fond de nous ce qui est bon pour nous à tout moment. Qu’est ce qui peut nous empêcher d’écouter ? des analyses du mental, on pèse le pour le contre et finalement on retient le contre (bizarrement), des peurs (oui mais si je fais ça X ne sera pas content : alors déjà nous ne connaissons pas les réactions des autres parce que nous ne savons pas ce qui se passe dans leur tête et si nous communiquons simplement, de façon positive sur nos besoins, la réaction de l’autre personne peut être soit inexistante, soit virulente mais dans tous les cas rien ne nous oblige à rentrer dans le débat, soit elle peut être aussi tout simplement positive, une chose est sûre si nous n’expérimentons jamais nous ne pouvons pas savoir ce qui se passera !), des principes (c’est bien de faire plaisir aux autres parce que c’est agréable quand les relations sont pacifiques (oui mais à quel prix .. les relations sont faussées et les frustrations grandissantes), ou encore parce que l’on subit les influences des uns et des autres.

Les maux sont la conséquence de notre attitude qui n’est pas en phase avec ce que nous avons réellement envie de faire, quand nous faisons les choses en fonction des autres, ou que l’on se laisse influencer par leurs choix, ou encore en raison de certaines croyances. C’est à ce moment-là que nous dévions de notre propre chemin.

Nous vivons en communauté (car aucun intérêt à vivre seul) mais nous avons chacun notre chemin, notre individualité, nous ne vivons pas pour les autres mais avec eux, il y a juste une intéraction, des partages, des relations mais pas d’influence à subir. 

Galilée croyait que la terre était ronde alors que le monde entier pensait le contraire, et il est resté sur ses convictions (à juste titre) alors que sa famille lui a tourné le dos.. mais il resté fidèle à lui-même.

C’est pourquoi nous devons préserver notre propre personnalité, vivre notre propre vie comme on l’entend sans crainte à avoir du moment que nous sommes en accord avec nous-même. 

Le rôle des Fleurs de Bach

Les fleurs de Bach nous influencent positivement car elles nous emmènent vers ce que nous souhaitons et nous ramènent à l’équilibre qui nous convient à condition d’accepter de changer positivement en développant nos qualités et nos ressources.

Elles ont cette capacité d’agir même sans que nous en ayons conscience (il arrive que l’entourage constate un changement même avant nous !), et si nous acceptons de nous laisser emmener par leurs effets positifs tout en restant acteur de nos choix, elles nous permettent de nous reconnecter à nous-mêmes.

Si vous avez la sensation de répéter les mêmes erreurs, d’attirer le même type de relation, si vous vivez des relations difficiles ou conflictuelles au niveau amical, familial ou professionnel , si vous vous sentez stressé en permanence ou si vous sentez que quelque chose ne tourne pas rond et que vous avez envie que votre vie change, vous êtes au bon endroit !

Si vous souhaitez faire cette expérience, je serai ravie de vous accompagner pour partir à la (re)découverte de vous-même.

« ne me croyez pas, expérimentez par vous-même » Dr Edward Bach (1886-1936)

Article inspiré du livre « The original writings » (Les écrits originaux) Dr Edward Bach

Share